Test BeeLink I68G, la box Octa-Core

2 / 820

Dans la nouvelle vague de boitier multimédia Android, le BeeLink I68 s’oriente clairement sur le haut de gamme. Processeur Octa-Core, Android 5.1.1, décodage fichiers HEVC H265 et 4K ! Voyons ce qu’il a dans le ventre.

Note: les liens vers le produit présenté dans cet article sont des liens d’affiliation vers Amazon. A chaque achat via l’un de ces liens, une commission est reversée afin d’aider le site à exister.

Retrouvez d’autres tests de boitiers Android TV dans la catégorie dédiée.

Au Sommaire:

Caractéristiques du BeeLink I68

Processeur : RK3368 Cortex-A53 Octa Core à 1,20Ghz
GPU : PowerVR Rogue G6110
Vidéo : HDMI 2.0 (jusqu’a 4096x2160p @ 60fps)
Mémoire : 2Gb de RAM, 8Go de ROM
Réseau : 1Gb Ethernet, Wifi 802.11 a/b/g/n
OS : Android 5.1.1 stock

Présentation du BeeLink I68

Le boitier Android BeeLink I68 est livré dans une petite boite cartonnée et est fourni avec : un adaptateur secteur, un câble USB OTG pour brancher un disque dur externe, une télécommande et un câble HDMI de quoi économiser quelques euros. C’est très complet.

Le produit

Le boitier est très compact, c’est un carré de 12cm pour 3cm d’épaisseur pour un poids de 200g. L’ensemble est très bien fini dans une robe noire mat.
Sur l’arrière du boitier on retrouve la connectique principale : bouton power, prise d’alimentation, un port USB, la sortie HDMI, un port réseau gigabit et une sortie SPDIF.
Sur la tranche droite on trouve 2 ports USB, le port OTG et un port SD.

Les ports USB servent à brancher clé usb ou disque externe mais aussi des périphériques : manette XBOX 360, clavier media center ou souris sans fil. La mémoire est extensible jusqu’à 64Gb.
Le boitier est dépourvu de ventilateur (fanless) d’où la présence de nombreuses ouvertures sur le boitier.

La télécommande est très assez compacte dans le style Apple TV, c’est assez réussi. Malheureusement très peu de touches sont disponibles: pas de play/pause ou arrêt, la navigation avec les flèches s’avère fastidieuse dans bien des cas. BeeLink inclut tout de même l’option “souris” sur sa télécommande et permet de déplacer le curseur avec les flèches directionnelles, mais là encore c’est fastidieux.

Elle n’est pas rétro-éclairée et il faut bien être en face du boitier pour le piloter correctement. Les piles ne sont pas fournies.

Interface et ergonomie

Pour la partie logiciel, cette BeeLink I68 s’exécute sous Android 5.1.1 stock et non Android TV ou un launcher. Après un petit tour par les réglages (dans Affichage) pour modifier l’échelle ainsi que la résolution de l’image et nous sommes en présence d’une grosse tablette Android, mais sur sa TV.

Du coup il est possible d’installer les applications disponibles sur le Play Store, bien que de nombreuses applications multimédias soient pré-installées par défaut :
Kodi 15.2 Isengard (anciennement XBMC) qui reste l’un des meilleurs logiciel de gestion de contenu multimédia.
– Youtube et Netflix
– Un explorateur de fichier
– De quelques services Google (Gmail)

Les possibilités sont énormes: media-center, jeux (j’ai testé Real Racing 3 avec une manette XBOX 360), rétro-gamming avec des émulateurs, …

Hardware et performances

Le CPU Cortex-A53 offre de belles performances, ce qui est nécessaire pour le décodage de fichiers média.

Sous Antutu BenchMark (version 5.7), le score est de 33531pts.

Sous 3Dmark’s après le test “Ice Storm Unlimited”, le score est de 6801pts.

Le démarrage prends environ 45s et l’extinction complète une dizaine de secondes. C’est un peu lent au démarrage comparé un PC Windows 8.1 avec SSD (environ 9s), c’est dommage.
A noter que ce boitier ne s’éteint pas, il reste en veille. Du fait, le démarrage suivant est très rapide et nous repositionne exactement là où nous nous étions arrêté.

En vidéo

L’une des grandes promesses de ce CPU est de pouvoir décoder du contenu H.265 HEVC 4K.
N’étant pas équipé d’écran 4K je me suis rabattue sur des vidéos encodées en H264 et H265, notamment la vidéo de test “BigBuckBunny” en H264 et H265, [email protected], lue depuis un NAS Synology sur un réseau Gigabit câblé.
Les résultats en captures, avec les infos étendues sous Kodi 15.2:

La note pour les experts

Pour afficher les informations étendues sur la vidéo en cours de lecture avec Kodi, il suffit d’appuyer sur la touche “O” de votre clavier.

Les 60 images par seconde (sur un écran PC) sont tenues sans encombres et sans saccades. On remarque que les CPUs sont moins sollicités en H265 HEVC qu’en H264, car comme d’autres Android TV de dernière génération, elle propose un décodage H265 matériel par le GPU.

Quelques résultats avec mes différents fichiers vidéos de tests depuis Kodi :

H264 1080p30 fpsOk
60 fpsOk
60 fps (FPS TEST)Ok
23,9 fps (FPS TEST)Ok
H264 4K30 fpsOk
60 fpsPas fluide, décalage son
23,9 fps (160Mbps, sans son)Ok
H265 1080p23,9 fpsOk
60 fpsOk
H265 4K30 fpsMicro saccade
60 fpsDécalage dans le son
23,9 fps (140Mbps, sans son)Ne se lance pas
MPEG4 / AVC 1080pOk
MPEG4 / AVI 1080pOk
VC1 1080pPas fluide (10-15 fps)

En audio

Pour la partie audio, je l’utilise cette BeeLink I68 avec un ampli Home-Cinema Denon AVR-X2000 en 2.0 (pas de 5.1, 7.1 ou Atmos), raccordé par câble HDMI.
Dans cette configuration j’ai voulu utiliser le passthrough HDMI pour laisser l’ampli décoder les flux audio.

Sur Android, j’ai activé la sortie HDMI Bitstream et le passthrough HDMI sur Kodi.

J’ai cependant rencontré un problème: les différentes pistes audio sont bien reconnues par l’ampli mais avec un blanc toute les 5 secondes environ, le son est déformé et ralenti.
La solution a été trouvé en installant une version de Kodi 15.2 optimisée pour les chipsets RK3368, indiqué sur ce lien : http://freaktab.com/forum/tv-player-support/rk3688-devices-aa/tronsmart-rk3368/518803-new-lollipop-wasser-firmware-for-beelink-tronsmart-r68. Il suffit de désinstaller Kodi et de le réinstaller à partir du fichier APK : http://www.freak-tab.de/wasser/wasser-kodi-15.2rc2.apk.

Une fois cette opération effectuée, j’ai configuré Kodi pour indiquer que mon ampli est compatible AC3, Dolby Digital et TrueHD.

Pour terminer, voici quelques tests avec différents fichiers audio de test:

AC3 5.1Ok (vu Dolby Digital)
Dolby Digital+ 5.1Ok
DTS Master Audio 5.1Ok
DTS Master Audio 7.1Ok
DTS Master Audio HiRes 7.1Ok
True HD 5.1Ok
True HD 7.1Ok
True HD Atmos 7.1Ok

Comme indiquer plus haut, je ne possède pas l’équipement requis pour profiter de ces pistes audio. L’ampli indique qu’il prends en compte les différents pistes audio et propose un mix stéréo pour ma part.

En jeu

En jeu, sur de gros titres, c’est un peu plus limité. Real Racing 3 tourne autour des 30fps et un léger manque de fluidité se fait sentir. On note tout de même de l’aliasing (comparé à la version iOS sur iPad Air, même si ce n’est clairement pas la même catégorie de GPU), mais le jeu reste tout de même très jouable.

Sur Beach Buggy Blitz, là encore ce n’est pas très fluide, même en réduisant la qualité des graphismes.

Sur des jeux plus anciens ou de rétro-gamming, aucun souci.

A l’usage

Ce BeeLink I68 a pour principal avantage son cabari très compact et discret. La version brute d’Android 5.1.1 est un plus très appréciable de par sa grande ouverture et ses possibilités de personnalisations.

Pour la partie lecture de fichier, j’utilise principalement Kodi, livré avec tout un tas de plugins dispensables qui gâchent un peu l’affichage épuré de Kodi, mais il suffit de réinstaller la version du Play Store.

La note pour les experts

A noter l’article pour créer une base de données centralisée avec Kodi fonctionne : il suffit de glisser le fichier advencedsettings.xml dans le répertoire “Android\data\org.xbmc.kodi\files\.kodi\userdata” de l’appareil

Malheureusement le répertoire “Android\data” est protégé en écriture lorsque que la BeeLink I68 est montée comme un périphérique de stockage de masse. J’ai donc copié le fichier advancedsettings.xml dans le répertoire “Download”, puis copié à nouveau depuis un gestionnaire de fichier sous Android (comme ES Explorer) dans la bonne arborescence.

Au quotidien, toutes les applications se lancent rapidement. J’ai cependant eu le droit à 1 perte de son dans Kodi m’obligeant à arrêter l’application brusquement depuis le gestionnaire d’application.

Pour moi le principal défaut reste la télécommande, trop pauvre en commande. De plus la navigation avec les flèches directionnelle est bien trop lourde, voir incompatible dans de nombreuses applications : YouTube ou BeIN Sport, impossible de se déplacer avec la croix.

Une manette bluetooth ou un clavier media-center sans fil (j’utilise le Rii Mini i24 qui est vraiment parfait) sera un compagnon indispensable pour des usages autre que Kodi (qui possède une ergonomie dédiée à l’usage à la télécommande).

A noter que le boitier est compatible avec ma télécommande smart control de Logitech (télécommande universelle intelligente) en cherchant le modèle I68 de la marque BeeLink. Malheureusement le mapping des touches est réduit à celui de la télécommande, c’est-à-dire pas grand-chose.

Verdict

  Commander sur Amazon

À propos de l'auteur

Développeur le jour, passionné la nuit. Je vous fais partager mes expériences, découvertes et astuces aux travers d'articles sur le site technotips.fr.

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Test BeeLink I68G, la box Octa-Core"

Notifiez moi
avatar
Trier par:   Plus récents | Plus anciens | Les plus votés
alachgar
Invité

Bonjour
j’ai pu tester cette box et c’est clair que la telecommande est tres basique.
savez-vous si une aplication telecommande pourrai fonctionner sur smartphone?
j’ai recherché et je ne trouve pas la marque beelink pour l’association.
Article très complet j’aurai du le lire avant de l’acheter
Cordialement

wpDiscuz
Share This

Partagez cet article !

Partagez cet article avec vos amis