Test DolyCam YDOL 4K, un pack très complet

7 / 4302

DolyCam, acteur français sur le marché des caméras d’actions 4K, nous propose en test la caméra YDOL 4K. Sans révolutionner les choses par rapport aux produits concurrents, DolyCam se démarque en proposant des packs d’accessoires très complets pour démarrer sérieusement dans la prise de vue sportive.

Au Sommaire:

Caractéristiques de la DolyCam YDOL 4K

Dimensions : 29,8 x 59,2 x 41 mm
Poids : 50g (sans batterie), 70g (avec batterie), 150g au complet avec caisson
Ecran : 2″ LCD
Mémoire de stockage : Carte micro SD jusqu’à 32GB
Batterie : amovible de 1050 mAh
Vidéo : 4K 24 i/s, 2K 30 i/s, Full HD 60/30 i/s, 720p 120/60/30 i/s.
Photos : 16 Mégapixels
Connectivité : Wifi, USB 2.0, Micro HDMI
Tarif : de 189€ pour la caméra seule et jusqu’à 299€ pour le pack Ultimate

Présentation de la DolyCam YDOL 4K

Comme de nombreuses sociétés, DolyCam se fourni auprès de fabriquants chinois. Raison pour laquelle on retrouvera des “clones” de cette YDOL 4K sur de nombreux sites marchands, notamment la TecTecTec XPRO3 testée récemment.

C’est surtout sur ses 2 gros packs d’accessoires que la société se démarquera de ses concurrents sur un marché bien rempli. Le premier, le pack “Adventure”, propose un ensemble d’accessoires en plus de la caméra (batteries, carte microSD, valise de rangement) proposé à 269€. Le second, le pack “Ultimate”, propose l’ensemble d’accessoires le plus complet (perche à selfie, 3 batteries, kit voiture) et est proposé à 299€. La caméra YDOL 4K seule est disponible à la vente avec quelques accessoires au prix de 189€.

D’autres accessoires sont aussi proposés à la vente, comme un chargeur double pour les batteries, un projecteur LED ou une ventouse de meilleure qualité.

Pour moi, ces packs se destinent aux utilisateurs souhaitant se lancer sérieusement dans la prise de vue de vidéos d’actions. Tout le nécessaire est proposé dans les packs ou en option.

YDOL 4K

YDOL 4K

Prise en main

Le produit

Dans cet article, est présenté le pack Ultimate proposé à 299€

Le pack Ultimate est livré dans une grosse boite cartonnée estampillée DolyCam. L’ensemble est sombre et ne manque pas de professionnalisme. Au dos de la boite on retrouvera l’ensemble des caractéristiques techniques de la caméra (avec quelques erreurs).

Une fois la boite ouverte, on retrouvera la valise de transport avec la caméra et l’ensemble des accessoires à l’intérieur.

Est contenu dans ce pack Ultimate :

  •  La valise et une housse de rangement
  •  Une perche à selfie
  •  Un harnais corporel
  •  Un kit de fixation pour trépied
  •  Une sangle frontale
  •  Un chargeur secteur et son câble USB, ainsi qu’un chargeur allume-cigare
  •  Différents adaptateurs coudes et un pied pour le caisson
  •  Une ventouse
  •  Des adhésifs pour les casques
  •  Une pince ceinture
  •  3 batteries de 1050 mAh
  •  Un chiffon microfibre.
  •  Une carte microSD de 16 Go (UHS-1) de marque Samsung

L’ensemble est donc très complet et DolyCam semble la seule société à vendre un pack de ce genre sur le marché. Les accessoires sont de qualité correcte : les harnais (tête et corps) possèdent des élastiques très larges et semblent solides. La valise de rangement est suffisamment grande pour ranger l’ensemble du pack, même si je préfère les mousses de maintien rigides pour que tout reste bien en place. Mention spéciale à la perche à selfie, bien qu’un peu courte, est de bonne qualité, caoutchoutée, totalement plastique et non métallique pour l’étanchéité.
La notice est traduites en 6 langues dont le français et décrit brièvement l’utilisation de la caméra.

La caméra arbore un design des plus classiques  (29,8 x 59 x 41 mm). On retrouvera les 4 boutons qui permettent d’interagir avec la caméra : le bouton en façade permet de changer les modes de la caméra, celui du dessus sert de déclencheur ainsi qu’à la validation dans les menus et enfin deux flèches sur la tranche qui permettent de zoomer en prise de vue, se déplacer dans les menus et activer le WiFi.
La tranche gauche regroupe la connectique :  le port USB pour la recharge, micro HDMI pour déporter l’affichage sur un écran et l’emplacement pour la carte microSD (jusqu’à 32 Go).
Standard sur le marché, cette YDOL est équipée d’un écran de 2″ non tactile. Il servira principalement à la prise de vue, la visualisation des photos et vidéos, ainsi qu’aux réglages.

Le caisson est étanche jusqu’à 30M. Il reprend de manière déportée l’ensemble des boutons pour interagir avec la caméra. A son pied on retrouvera la griffe pour les accessoires (compatible GoPro) et pince de verrouillage au sommet. Ce système de verrouillage, bien que plus simple à utiliser est plus fragile et peut-être ouvert par erreur d’un seul doigt. Je préfère le système à double ressort des GoPro ou des précédents modèles TecTecTec par exemple.

Cette YDOL 4K est compatible WiFi. Pour piloter la caméra, il suffira de télécharger l’application FinalCam sur IOS ou Canany sur Android.

Les fonctionnalités

Cette YDOL 4K, propose les modes de prises de vues suivants :

  • 4K à 24 images/s (3840 x 2160 annoncé)
  • 2K à 30 images/s (2560 x 1440)
  • 1080p à 60 et 30 images/s (1920 x 1080)
  • 720p jusqu’à 120 images/s (1280 x 720)

Elle propose de plus, 2 modes pour faire des time-lapse et ralenti (vidéo à 30 images/s). Malheureusement ce dernier se limite au mode 720p à 120 images/s (ralenti 4 fois) et fait l’impasse sur le ralenti en 1080p à 60 images/s de meilleure qualité. Le mode photo propose des clichés jusqu’à 16 Mpx (4608 x 3456).

Tout comme sa concurrente la XPRO3, cette YDOL 4K propose aussi un très grand nombre de réglages. Outre les classiques réglages de résolution, on retrouvera un stabilisateur gyroscopique (désactivable), un mode voiture et plongée (filtre la lumière bleue), un mode enregistrement en boucle, un mode HDR pour la vidéo et un réglage de l’angle de prise de vue  (large, moyen, étroit, possibilité d’activer un mode fisheye). Le mode photo s’étoffe avec les réglages de la qualité d’image (haute, normale ou économie), de netteté (forte, normale ou douce) et d’une stabilisation.

Pour les utilisateurs avancés, on vous propose les réglages de balance des blancs, ISO, exposition voir même d’effet (sepia et noir & blanc).

Depuis la caméra, on a accès aux écrans suivants :

  • Le mode vidéo, avec à l’écran la résolution sélectionnée, le délais du timelapse (si activé), si le son est enregistré, si les HDR est activé, la correction d’exposition et la durée de l’enregistrement.
  • Le mode photo, avec à l’écran la résolution sélectionnée, si la stabilisation est activée, le réglage de balance des blancs, le réglage ISO, la durée du retardateur et le nombre de prise de vue restant.
  • Un mode visionneuse pour avoir un aperçu des photos et vidéos enregistrées sur la carte microSD.
  • Les paramètres de la caméra.

L’ensemble est très complet, même si quelques traductions françaises hasardeuses sont visibles.

L’application mobile

Cette DolyCam YDOL 4K peut-être pilotée en WiFi depuis son smartphone ou tablette Android et iOS uniquement. Il suffit d’appuyer sur la flèche “haut” sur la tranche de la caméra pour activer le WiFi et rejoindre le réseau créé par la caméra depuis son mobile.

J’ai déjà pu tester l’application Canany (disponible que sur Android avec cette caméra, elle ne fonctionne pas avec l’application Canany sur iOS) lors du test de la XPRO3 de TecTecTec, à laquelle je lui reprochais son manque de fonctionnalités et de finition.

L’application FlashCam sur iOS arrive à faire encore moins bien. Certes, il est possible de modifier quelques réglages rapidement (stabilisation de l’image, taille de l’image), malheureusement au prix de nombreux défauts. Depuis les réglages de l’application, le mode photo se limite à 12 Mpx en photo et au Full HD en vidéo. Hors si on lance un enregistrement vidéo depuis l’application, la caméra passe en mode QHD (2K à 30 images/s) et enregistre la vidéo dans ce format. De plus la prise de photo entraîne un téléchargement de l’aperçu sur le smartphone (qui prends plusieurs secondes), pas forcément utile. La latence entre la caméra et l’application est de plusieurs secondes et je rencontre de grosses saccades lorsque la batterie de la caméra est faible.

Bref cette application n’est pas du tout intuitive à l’utilisation et manque de finition : on ne comprend pas bien à quoi correspondent les icônes de réglages. Les informations de prises de vues fournies par l’application sont contradictoires avec celles de la caméra et de la vidéo produite, la latence est handicapante et le téléchargement de photo inutile.

A noter que cette application reste l’oeuvre du fabriquant chinois et le choix de celle-ci est rarement du ressort des revendeurs. Même si cette fonctionnalité n’est pas utile pour tout les utilisateurs, elle a le mérite d’exister.

A l’usage et qualité d’image

A l’usage, difficile de faire plus simple : c’est grand angle, ça passe partout (dans le ciel, dans la mer) et il suffit d’appuyer sur un seul bouton pour démarrer l’enregistrement.
Par rapport aux GoPro, il manque une télécommande déportée (même en option) si la caméra est inaccessible ou que l’on ne peut pas avoir son smartphone sur soi (en pointe d’un kayak par exemple).

En photo

En photo, le capteur de 16 Mégapixels produit des images très correctes. Même si elles manquent de dynamique, les détails sont bien présents et les couleurs correctement restituées. Le très grand angle à toujours tendance à sur-exposer les photos dans des conditions de lumières difficiles. En condition de lumière réduite, la caméra s’en sort avec les honneurs : le bruit est bien contenu et la photo exploitable, un excellent résultat sur ce type de caméra. Le réglage de « netteté » positionné sur « normale » propose le meilleur compromis pour contenir au maximum le grain de l’image.

En vidéo

Les vidéos sont encodées au format H264 (MPEG4 AVC) avec un débit d’environ 24 Mb/s en 4K et 21 Mb/s en Full HD 60 i/s. Ces fichiers nécessitent une machine puissante pour lire convenablement des vidéos 4K. Il m’arrive d’avoir quelques saccades avec VLC, préférez MPCHC sur lequel je ne rencontre aucun problème.

Tout comme en photo, le résultat en vidéo est très convaincant. Les détails sont bien présents et les couleurs correctement rendues. C’est en 4K que l’on profitera du plus de détail, même en basse lumière. Quelques défauts sont tout de même à noter dans ce mode de prise de vue. Pour visualiser une vidéo au format 4K (UHD 3840×2160), les vidéos issues de la caméra sont “interpolées”. En effet, les fichiers vidéos bruts produit par la caméra sont au format 4K “2880×2160” (un format 4:3) et sont étirés en largeur à 133% pour faire 3840 pixels de large (format 16/9), c’est ce qu’on appelle l’interpolation. En résulte une perte de qualité face une réelle prise de vue 4K plein format, mais ce mode de capture de l’image est très commun sur ce genre de caméra. L’autre défaut, c’est la fluidité générale de la vidéo. Les 24 images/s ne sont pas suffisantes pour une vidéo parfaitement fluide, le mode 1080p à 60 images/s reste le meilleur rapport qualité/fluidité.

A noter que le stabilisateur gyroscopique est efficace. Il permet de limiter les tremblements lors d’une prise de vue à main levée ou les secousses lors de prises de vues “d’actions”.

Passons sur les modes ralenti et timelapse. Le mode ralenti se limite malheureusement au 720p à 120 images/s qui produira une vidéo à 30 images/s ralentie 4 fois. Je suis vraiment fan du ralenti qui donne un superbe effet à vos montages et je regrette l’absence d’un mode ralenti automatique en 1080p (on pourra toujours le faire sur un logiciel de montage).
Le timelapse est tout aussi simple à mettre en œuvre : il suffit de d’activer le mode et de choisir un intervalle en seconde entre 2 photos. En résulte là aussi une vidéo à 30 images/s en 1080p ou 24 images/s en 4K. Un mode de choix pour vos montages, notamment en 4K.

Autonomie

Les 3 batteries du pack Ultimate et leur capacité de 1050 mAh promettent plusieurs heures de prises de vues. A noter que la société propose à la vente un chargeur “rapide” double batterie : un accessoire qui a le mérite d’exister, mais qui se destine aux utilisateurs les plus acharnés.

Dommage qu’il ne soit pas fourni, car sans chargeur, il faudra charger les multiples batteries une par une depuis la caméra avec le câble USB. Et là, je rencontre un problème : la batterie vidée (message “pile basse” et la caméra s’éteinte toute seule), je branche la caméra à la prise secteur pour la rechargée. Sur la XPRO3 de TecTecTec, une animation remplissant une pile indique que la batterie est en charge. Hors sur mes 3 batteries fournies avec cette YDOL 4K, l’animation montre systématiquement une pile pleine (comme si la caméra était chargée) et n’indique pas la progression de la charge. Ce problème semble être un défaut de firmware, qui pourrait être corrigé dans une future version.

De même le témoin de charge restant sur l’écran de la caméra est un peu capricieux : il passe de 2 barres sur 3 à batterie presque vide en allumant le WiFi, puis repasse à 2 barres en redémarrant la caméra. C’est un peu aléatoire et manque de précision quant à la capacité réelle.
Au final j’ai pu faire environ 30 mins de prise de vues pour une caméra restée allumée 1h avec quelques tests avec l’application WiFi. C’est très correct, il faudra tout de même se munir de plusieurs batteries chargées pour tenir une journée complète.

Un dernier mot pour évoquer les tarifs et la société DolyCam. Proposé à 299€ ce pack Ultimate, qui semble être la principale vente de DolyCam, voit son tarif justifié par son équipement : kit d’accessoires, trousse de rangement, carte microSD, batteries supplémentaires. Le surplus de 139€ par rapport au tarif de base de la caméra peut s’expliquer (y compris la marge ou les frais d’importation). Le pack Adventure possède l’essentiel pour un budget un peu plus serré (269€). Reste la caméra YDOL 4K seule (avec quelques accessoires et une batterie supplémentaires) proposée à 189€ est relativement chère, même si compte tenu des prestations elle se positionne dans le “haut” de l’entrée de gamme.
Globalement les tarifs sont dans la moyenne des concurrents français comme TecTecTec ou EyesGo.

La société DolyCam est une petite startup française basée à Canne. Outre le packaging très professionnel tout comme son site, la taille réduite de la société se ressent à travers l’adresse gmail générique pour le SAV ou le numéro de mobile de contact pour les différents “services”. Même si une ou deux personne sont réellement présent derrière cette société, il ne faut pas voir cela négativement : il y a souvent plus de proximité avec le client, que ce soit par téléphone ou sur les réseaux sociaux et sont généralement  très réactif.

Verdict

Commander sur DolyCam

À propos de l'auteur

Développeur le jour, passionné la nuit. Je vous fais partager mes expériences, découvertes et astuces aux travers d’articles sur le site technotips.fr.

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Test DolyCam YDOL 4K, un pack très complet"

Notifiez moi
avatar
Trier par:   Plus récents | Plus anciens | Les plus votés
Guillaume Adam
Invité

Merci à vous pour ce test très professionnel. Continuez ainsi !

Guillaume Adam
DolyCam

Simon48
Invité

Bonjour j’ai une ydol de chez eux et j’en suis très satisfait, service client au top, je recommande. Cordialement

Steph
Invité

Superbe caméra, rien à dire l’image est pareil que sur leur vidéos promotionnelles et le SAV au top, continuez !!!

phil75
Invité

super produit et très bon service client disponible très rapidement je recommande

Herve
Invité

Bonjour,
Même question que pour la Tec Tec XPRO3, savez-vous si l’équipement de base permet de fixer la caméra à un masque d’escrime afin de filmer une séance svp ?
Merci.

wpDiscuz
Share This

Partagez cet article !

Partagez cet article avec vos amis